News

Espagne, Soto del Real,à une trentaine de kilomètres au nord de Madrid. Deux concerts un peu spéciaux.

    A peine arrivés sur le lieu du spectacle une équipe de 17 jeunes nous attendent avec des chariots pour décharger les camions : d’abord celui des structures et des lumières et ensuite l’autre, celui qui transporte les instruments, l’audio et la scénographie ; c’est vraiment une grande aide car entre la zone de déchargement et la scène il y a une centaine de mètres.


    Chacun d’eux porte un badge bleu avec nom et photo et nous en portons un vert.

    La salle est petite mais bien équipée, avec une scène assez vaste qui nous permet de tout monter en peu de temps. Les garçons se donnent a fond pour être complètement disponibles, et tout de suite commence a naître un beau rapport entre eux et nous.

    Nous découvrons qu’ils sont de différentes origines, à part ceux de Madrid et de l’Andalousie, un argentin, quelques colombiens… Aucun d’eux n’a jamais vu ni entendu parler du Gen Rosso, ils n’ont pas la moindre idée de qui nous sommes.
    Cela n’a pas été facile de trouver les autorisations nécessaires pour faire Steetlight à cet endroit, mais après avoir attiré l’attention de quelques autorités et quelques coups de téléphone nous réussissons à avoir les papiers en règle.
    Le spectacle commencera à 17 heures, nous avons donc besoin de commencer le montage la veille au soir. Grâce à leur aide nous réussissons à finir vers 21 heures.

    Le lendemain matin nous revenons pour brancher le groupe électrogène, faire le pointage des lumières et le check des micros et instruments. Peu de temps après les jeunes arrivèrent et furent surpris de voir que la scène était déjà finie et que les lumières fonctionnaient et l’un d’entre eux nous dit qu’il n’avait vu un mixer comme le nôtre seulement à la télé : nous profitons de l’occasion pour nous raconter un peu de l’histoire de chacun, des familles, des possibilités de travail…

   Le jour du spectacle est vraiment un moment de fête, les 230 places du petit théâtre sont toutes occupées, nos nouveaux amis, en première file, vivent le spectacle comme s’ils étaient sur la scène a côté de nous. Durant le déroulement de Streetlight les larmes arrivent aux les yeux de l’un d’entre eux.

   Une fois le spectacle fini beaucoup nous remercient avant de s’en aller ; tout de suite nous proposons de faire une autre représentation au même endroit le jour suivant, proposition qui est acceptée.

   En arrivant la matinée suivante, Raul me dit : « écoute, pour moi hier a été vraiment beau et je voulais vous faire quelques cadeaux, mais comme je n’ai rien à vous donner j’ai écrit une poésie qui parle de vous », vraiment un don précieux.
    Deux autres nous apportent de succulents sandwich, boissons et fruits.

   Le second concert est aussi intense que le premier ; au fond de la salle, il y a un petit groupe de brésiliennes qui, vers la fin se mettent à danser en chantant à plein voix « Si quires, tù puedes » (« si tu veux, tu peux » traduction espagnole de « I’ll be there »). En sortant une fille me dit : « Merci pour cette heure de bonheur » et ensuite avec une autre à travers la fenêtre : « ça fait trois ans que je suis ici et je n’imaginais pas quelque chose de la sorte, j’espère vous revoir ailleurs plus tard ».

   Arrive le moment de démonter, charger et partir. Au moment de se saluer nous sommes sûr que nous, n’aurons peut-être pas d’autres possibilités de nous revoir et que peut-être,  pour certains d’entre eux nous ne nous reverrons jamais.

    Mais personne ne nous enlèvera du cœur la certitude que les deux concerts dans la prison de Soto del Real ont été parmi les plus beaux de nos quarante ans d’histoire.

 

528a3c2b49bc7
528a3c2b532f4
528a3c2bb14bc
528a3c2bdf61a
528a3c2c1bace
528a3c2c7e0d3
528a3c2c4d020

Subscribe our newsletter!
Please wait

This website or its third party tools use cookies, which are necessary to its functioning and required to achieve the purposes illustrated in the cookie policy.
By using this website or closing this message, you are agreeing to our Cookies notice.